BIO

Urbain Lambert, à la source…

UrbainC’est l’histoire d’un môme d’Eure-et-Loir qui découvre la musique par hasard… Son frère – gaucher – lui offre la guitare de droitier qu’il vient de recevoir. A partir de ce moment, Urbain découvre la magie de la musique, des liens qu’elle tisse avec les autres, tous les autres. Il croit aux « Mirages », groupe de Pop qu’il forme à 14 ans dans son garage avec quatre potes. Il ne s’arrête jamais de jouer toute son enfance durant, son adolescence. Devenu adulte, il endosse une casquette de facteur – déjà le goût des tournées ! – laissant pour un temps ses rêves de musicien. Sa passion le rattrape, et à 25 ans il quitte tout pour elle,
Il reforme un groupe à 26 ans, et ne rate jamais une occasion d’être sur scène, commençant par les bars, les Clubs de vacances, la musique c’est sa vie, il est partout où jouer est possible.
Urbain Lambert, toute sa vie durant, est allé non seulement à la rencontre du public, des publics, mais aussi des autres musiciens, leur apportant sa virtuosité, sa bonne humeur et ses riffs inoubliables. C’est ainsi qu’il participe à de très nombreux groupes : Widomaker, Les Forbans, James Lynch et bien d’autres.

Sur la route depuis 25 ans, difficile de dénombrer tous les « gigs » auxquels Urbain Lambert s’est livré ! Groupes de rock, de blues, orchestres, bars… Il écume toutes les scènes de sa région, de France et d’Europe !
Il quitte le jazz pour la « Country » dont il aime le côté populaire. C’est la rencontre avec le groupe Widomaker en 1990. Il fait un album avec eux en 1994, de nombreux festivals suivent.
Toujours partant, on retrouve Urbain Lambert au Club Méd, Eurodisney… Bien lui a pris, car c’est auprès de Mickey qu’il croisera des musiciens américains. C’est ainsi qu’il jouera avec James Lynch, Chuck Drum, Carlton Moody, Rose Mary Lou Portelli, Tony Burrows…… enregistrera plusieurs albums et jouera dans de nombreux concerts à travers l’Europe.

La musique « Country » devenue chère au cœur d’Urbain Lambert, c’est en live ou en studio qu’il croise les routes de la « French Country » qui se nomme alors  » Ian Scott, Youpi Wouahou, Vicky Lane, Les Forbans, Chris Lancry, Lee…

2000 : Un nouveau siècle démarre, et de nouvelles rencontres musicales s’annoncent pour Urbain Lambert. Il approche maintenant la chanson française, toujours au gré des rencontres : Sam Alpha, Stéphane Mondino, Marie Cherrier, Daguerre, Brikéval, Rocky Bull, Wenta, Les Mains Sales…
Sur scène ou en studio, Urbain Lambert est aussi au service des autres, qu’ils soient, artistes confirmés ou jeunes talents.

Il décide de créer son propre répertoire pour pouvoir mélanger la musique blues, country, blue grass aux textes en français. Il continue de composer et de remplir des carnets de notes, mais confie la plume pour 2 albums à Pascal Lasnier, « Le vieux homme » et « La nuit Navajo ».

Il faut attendre 2013 et 35 ans de complicité avec Christian Reigneau pour qu’Urbain Lambert se « découvre » et nous livre des textes qui parlent de son univers, et se lâche sur ses compositions.

Inutile de chercher dans quelle case le ranger, il est multiple, chante en français, en anglais, vous capte par sa douceur, vous déroute en rock, vous envoûte en blues…
Urbain Lambert, c’est avant tout un homme de partage, de générosité, en toute simplicité. La marque des grands assurément, avec cette touche de timidité qui le rend irrésistible, et contribue en toute modestie au bonheur de ceux qui l’écoutent et le fredonnent.

Télécharger la biographie en PDF